Guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697)

Ce conflit concerne d'abord la France et l'Angleterre, mais d'autres pays européens sont également engagés dans cette guerre. Les membres de la Ligue, qui sont l'Espagne, la Hollande, la Suède et certaines principautés allemandes, forment une union qui vise à contrer les désirs de conquête de Louis XIV, le roi de France.

Après quelques années d'affrontement, autant en Europe qu'en Amérique, et malgré certaines victoires françaises, il devient évident qu'il ne peut y avoir de véritable vainqueur. Ainsi, Louis XIV doit signer le Traité de Ryswick qui entérine la fin des hostilités, mais qui s'avère peu avantageux pour la France. En Amérique, celle-ci perd Terre-Neuve au profit des Anglais.

Guerre de Succession d'Espagne (1702-1712)

Ce conflit oppose la France et l'Espagne à une coalition européenne dont l'Angleterre fait partie. L'enjeu premier du conflit est la couronne d'Espagne. Celle-ci représente, aux yeux des puissances européennes, la domination de l'Europe. Dernière grande guerre de Louis XIV, elle va contribuer à miner les ressources financières de la France qui échappe de justesse à l'invasion de son territoire.

La France, bien occupée à défendre son territoire, ne fournit que peu de navires pour protéger la Nouvelle-France. Hormis durant l'année 1709, la France n'a pas armé plus de trois navires de guerre pour sa colonie. Dans ce contexte, Philippe Rigaud de Vaudreuil, gouverneur général de la Nouvelle-France, encourage ouvertement la jeunesse à se lancer dans la course. De plus, il investit lui-même dans les entreprises de course. Globalement, la période de la Guerre de Succession d'Espagne représente la période d'apogée de la course faite par des Canadiens.

Guerre de Succession d'Autriche (1744-1748)

Opposant toutes les puissances européennes, le conflit s'amorce lorsque la succession de l'Empereur Charles VI devient un enjeu. Se déroulant sur plusieurs fronts, le conflit va, entre autres, faire croître les oppositions entre la France et l'Angleterre. Les implications pour les colonies d'Amérique sont majeures.

Plaisance doit être évacuée vers l'Île Royale (Île du Cap-Breton) et la France ne conserve à Terre-Neuve que quelques postes saisonniers. La Baie d'Hudson passe aussi sous contrôle anglais. En Acadie, la France ne garde que l'Île Royale et l'Île Saint Jean (Île du Prince-Édouard), les côtes du Nouveau-Brunswick et les côtes de la Gaspésie. La Baie Française (Baie de Fundy) ainsi que presque toute la façade atlantique de la Nouvelle-Écosse passent à l'Angleterre.

Guerre de Sept-Ans (1756-1763)

Cette guerre s'inscrit dans la série de conflits successifs entre les grandes puissances européennes. En Europe, on peut dire qu'il s'agit d'une guerre comme une autre, mais dans les colonies d'Amérique, les conséquences sont nombreuses.

Résultant des rivalités coloniales entre la France et l'Angleterre ainsi que de la volonté de l'Autriche de reprendre la Silésie perdue lors de la Guerre de Succession d'Autriche, cette guerre oppose encore une fois l'ensemble des puissances européennes. Après quelques succès, la France doit céder la presque totalité de ses possessions des Amériques et de l'Inde. Québec et Montréal tombent respectivement en 1759 et 1760. Le Traité de Paris, en 1763, établit désormais la domination anglaise en Amérique du Nord.

Guerre d'Indépendance américaine (1775-1783)

À partir de 1775, les treize colonies britanniques américaines se rebellent contre l'autorité de Londres. De tous les conflits qui touchent le Canada, celui-ci est le seul se déroulant essentiellement sur son territoire. En effet, les Américains décident de s'attaquer aux territoires anglais, dont le Canada fait partie, pour faire tomber la domination anglaise en Amérique. À l'hiver 1775, les troupes américaines remontent au nord. Ils réussissent à prendre Montréal et ils établissent un siège devant Québec. Les Américains pensent que les Canadiens vont se joindre à eux et lutter contre le pouvoir britannique, mais ils se trompent.

La tentative de prendre Québec est un échec et les Américains reculent. Cependant, ils gardent espoir de voir les Canadiens, en particulier les Canadiens français et les Amérindiens, se ranger de leur côté. Parce que la majorité des navires anglais de la marine royale appuient l'Angleterre, le Congrès américain commence à émettre des lettres de marque et encourage les Américains à se lancer dans la course. Des centaines de navires sont alors armés pour la course et s'attaquent aux intérêts anglais dans le Golfe et le Fleuve Saint-Laurent.

Guerre de 1812 (1812-1815)

La Grande-Bretagne est encore en lutte contre la France. Elle utilise sa puissance maritime pour bloquer le commerce de la France et l'affaiblir. Ce faisant, les Anglais nuisent au commerce américain et s'attirent leur grogne. De plus, la couronne britannique ne reconnaît toujours pas la Déclaration d'Indépendance des Américains. Les navires anglais arrêtent fréquemment des navires de commerce des États-Unis, pourtant neutres, et embauchent de force des marins américains pour servir dans la marine royale anglaise. En 1809, la guerre contre l'Angleterre est déclarée par une mince majorité au Congrès américain.

Les affrontements de cette guerre se déroulent surtout sur les Grands Lacs et sur le Lac Champlain, mais il y a aussi quelques combats le long des côtes atlantiques et dans le Golfe Saint-Laurent. Il s'agit du dernier conflit concernant le Canada dans lequel les autorités ont recours aux corsaires. La guerre de course est abolie par les grandes puissances européennes le 16 avril 1856.